168 heures dans une semaine… pas plus?!?

Vous avez sûrement entendu parler de ce livre, 168 Hours, You Have More Time Than You Think. Il a fait la manchette il y a quelques mois (?) et a fait l’objet de plusieurs articles dans divers blogues et forums que je consulte. L’avez-vous lu? Je dois avouer que moi, je ne l’ai pas lu. Même pas cherché à la bibli. Pas le temps (ironique, n’est-ce pas?). Ou plutôt, pas le goût? Le principe est simple: considérant qu’il y a 168 heure dans une semaine, que l’on dort en moyenne 8 heures par nuit, travaillons 35 à 40 heures semaine, ceci nous laisse environ 72 heures de « temps libre » – pour les tâches domestiques, les loisirs, le transport, etc. Puis faites le bilan de la répartition du reste de ces heures et découvrez – abracadabra!- où file le temps. Finalement, agissez sur votre horaire.

Bien que plusieurs encensent cet ouvrage, témoignant avec adulation de ce nouveau (!) concept de « prioriser ses objectifs », de « réorganiser son budget-temps », de déléguer les tâches qui nous bouffent notre précieux temps, je n’ai pas embarqué.

Bien que je sois une fervente utilisatrice de tout système de liste/ classification/ organisation/ priorisation/ name it, je ne crois pas embarquer dans un avenir rapproché non plus.

Je sens que j’ai peut-être la frousse de faire le calcul. C’est une crainte imprécise, intangible, mais elle me fait redouter le résultat de mon analyse.

De nature, je crois être assez organisée, même si de l’extérieur mon quotidien peut sembler plutôt chaotique, encombré, frénétique.

Oui, je suis à la course quand, à 16h07, je réalise que je n’ai pas encore quitté le bureau (alors que 16h est ma limite psychologique), que j’arriverai bien après 17h à la maison après le traffic de la 15, l’arrêt à l’école, au CPE et à la garderie et que les enfants crieront famine dès les souliers enlevés, si bien que je devrai changer de plan de repas à la dernière minute.

Oui, il arrive que les enfants partent avec du linge « un peu » froissé car il sort du panier à linge ou de la sécheuse mais n’avait pas été plié dans les 5 minutes suivant l’arrêt de ladite sécheuse.

Oui, parfois Jasmine met des bas de garçon avec des jolis tracteurs ou des ballons parce que je n’ai pas réussi à trouver deux bas roses pareils (ou à tout le moins pas trop différents).

Mais dites-moi, est-ce que constater que je perds 5 minutes par matin (donc 35 minutes par semaine – le temps de plier une brassée!) à chercher des bas va RÉELLEMENT me pousser à plier ma brassée le dimanche soir? Est-ce que l’addition de toutes les heures passées à cuisiner va m’amener à acheter des légumes pré-coupés et des sachets de nouilles pré-assaisonnées?

Honnêtement, je ne crois pas. Je sais très bien que certains coins de mon horaire laissent à désirer, que je pourrais couper sur certaines choses, que je pourrais me discipliner pour certaines tâches. Pas besoin d’un livre pour cela. Et ma peur citée tantôt vient justement du fait que je ne veux pas qu’on me remette sous le nez ces petits travers de mon quotidien. Orgueilleuse, la fille? Hmm, peut-être, mais je dirais surtout très susceptible à la culpabilisation à outrance. Je ne veux pas réveiller une petite voix en moi qui va me sermonner chaque fois que je perdrai de mon précieux temps à consulter mes courriels 5 minutes au lieu de ramasser la vaisselle.

Je crois déjà avoir pas mal de pistes de solutions pour mon chaos. Et ce n’est pas un problème de calcul!

Avez-vous fait l’essai de ce calcul des 168 heures? Cela vous a-t-il été utile? Devrais-je m’y risquer? Votre avis, mesdames et messieurs…

This entry was posted in Dans ma tête. Bookmark the permalink.

One Response to 168 heures dans une semaine… pas plus?!?

  1. Nadine says:

    Ouais, bon, c’est peut etre interessant de faire le calcul une fois juste pour voir, mais faut pas devenir maniaque et se faire des horaires a la minute! On est pas des machines, quand meme 🙂 et il faut laisser un peu de lousse pour les imprevus ou pour partir dans la Lune de temps en temps (c’est bon pour la sante mentale, mais ca se met difficilement dans un horaire).

    Et pis quand tu rajoutes une nouvelle activite (lecons de piano ou de karate), faut tout recommencer l’analyse de l’horaire!

    Tout est dans la moderation, a mon avis! La base doit etre bien maitrisee (a quelle heure max je dois me lever si je ne veux pas arriver en retard), mais il faut un peu de flexibilite (15minutes pour faire du menage, ou prendre un bain chaud apres une journee exceptionnemment stressante, ou superviser les enfants qui rangent leur chambre).

    Si je fais le calcul pour une journee de semaine, ca me fait 10 heures de sommeil (j’y tiens modicus, je suis faite comme ca), 2 heures de transport, 8 heures de travail, 1 heure de lunch + courses, 30-120 minutes le matin (flexible! le soin des chiens, le p’tit dej et la douche au minimum, quand meme; courriel, vaisselle, la marche des pitous et workout en plus, en proportions variables), reste une heure le soir.

    Si tu y penses trop, va falloir mettre 10min par jour dans ton horaire pour evaluer ton horaire, voir s’il marche, et si non, le modifier, et tu auras toujours besoin de le modifier. Pars 10min dans la Lune, plutot 🙂

    Gros bisous, pense pas trop!

    Ta sage soeur 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.